« Ali, lui, ne cessait de fouler aux pieds notre enseignement en allant toujours là où il lui était interdit d’aller. Mais notre maître semblait ne l’aimer que davantage. Je crois qu’il aimait cette capacité innocente à ignorer les limites. Mais on ne peut pas toujours les ignorer, sous peine d’être rappelé à l’ordre à coups de brique. » Extrait du monologue On m’appellera le borgne dans Mon nom est rouge d’Orhan Pamuk

Ali, jeune réalisateur, fou de cinéma américain, vit au coeur d’une médina. Le vent de modernisme qu’il tente d’insuffler à ses créations n’est pas du goût de tous. Il est retrouvé mort au fond d’un puits. Sur fond de printemps arabe à la dérive, Medina Merika évoque le rapport ambivalent que l’Orient entretient avec l’Occident ; un mélange de fascination et de détestation. L’Amérique depuis la médina, c’est la liberté mais aussi les travers et la décadence. Pour illustrer ce paradoxe bouillonnant : l’écriture d’Abdelwaheb Sefsaf, inspirée de l’oeuvre d’Orhan Pamuk Mon nom est rouge. Un texte empreint d’humour qui rencontre la musique, mélange de trad oriental sur fond de loops électro, et la vidéo ce support si essentiel aux révolutions arabes. Une tragi-comédie donc, made in Nomade !

Rencontre-débat avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Tarif(s) : TARIF PLEIN › 15€ / TARIF REDUIT › 12€ / TARIF REDUIT+ › 10€